Auteurs Articles postés par Surfeuse

Surfeuse

57 ARTICLES 13 Commentaires

Ericeira ou Ericeira pas? Notre surf trip au Portugal

0

Nous sommes partis en vacances au Portugal cet été pour 5 semaines. Mon compagnon avait peur de trouver trop de monde sur les plages et des spots de surf blindés. Moi, j’avais peur de la route ( nous partons en camion), de la chaleur et des nuits difficiles en van avec un bébé de 18 mois.

C’est pourquoi j’ai donné ce titre à cet article: Ericeira ou Ericeira pas?

Notre trajet

Nous sommes partis le 19 juillet vers 16H. Après une pause d’une nuit dans l’Hérault chez mes parents, nous avons repris la route pour 6h de trajet, dont 1h30 de pause repas ( et défoulage de jambes pour bébé). Une petite session nous attendait à la plage de Cénitz     (64). Rien d’exceptionnel mais un bon présage pour le reste du voyage qui va s’avérer riche en conditions.

surfeuse cenitz droite longboard

Nous avons passé la nuit chez des amis à Cibourre et dés 10h du matin nous reprenons la route avec pour objectif d’atteindre le spot de Rodilès qui couperait notre trajet en deux.

Ah oui, j’ai oublié de préciser!: nous avons choisi de prendre le temps pour arriver au Portugal. Nous pouvions couper à travers l’Espagne via Madrid, mais nous avons préférer faire le détour par la côte nord océane espagnole avec l’idée de passer quelques jours en Galice avec des amis.

Quelle bonne idée! La Galice s’est avérée un bon terrain de jeu. Je vous montre quelques jolies photos de nos sessions, mais ce n’est pas le sujet de cet article.

Galice

surfeuse longboard galice

L’arrivée à Ericeira

Ceux qui me connaissent un peu savent que j’ai toujours aimé les trips  » roots » . Je n’ai jamais rien réservé, je préférais partir à l’aventure sans savoir où j’allais attérir. C’est grâce à ces aléas que j’ai vécu les plus belles expériences de ma vie. J’ai pu dormir dans une tribu dans l’archipel d’Alor en Indonésie car nous étions au Timor et voulions rentrer à Bali pour notre vol retour en France. Nous étions en période de ramadan, les vols pour Denpasar etaient complets alors nous avons ouvert notre Lonely Planet à l’aéroport et décidé en 2 min de prendre le prochain avion pour cette île sauvage d’Alor.

J’ai découvert les spots les plus isolés des Telo grâce à une rencontre au hasard, à Nias, du maire de cette île perdue à qui j’ai fait confiance…ROOTS assuré!

Mais la plus belle expérience a eu lieu sur l’île de sumatra , dans la ville de Singkil,où nous avons été bernés ( à l’indonésienne) par un chauffeur de taxi nous ayant assuré qu’il y avait des bateaux pour Nias le lendemain. AHAHA!!! mais biensur!!! Nous aurions du nous méfier!!! Pas de bateaux avant 5 jours!!! Mais le lendemain partait un ferry pour les îles Banyak. A l’époque, elles n’étaient pas si connues. Et nous avons découvert le paradis.

Tout ça pour dire, que j’ai bien changé!!!!

J’ai eu un bébé, nous sommes en carence de sommeil comme tous les nouveaux parents, Je ne veux PLUS de ROOOTTTSSS!!! Je ne PEUX PLUS de roots! Je n’ai même plus envie de partir en van avec le bébé. Notre van n’étant pas adapté, et surtout: j’ai besoin de dormir tranquille!!! En Galice nous avons donc planté la tente en camping pour avoir accès aux douches, à l’eau courante, aux toilettes et pour avoir plus d’espace pour toutes nos affaires. Au Portugal j’ai réservé une chambre en airbn’b dans le village d’Isaduro. C’est situé juste à côté du spot Ribeira de Ilhas au nord d’Ericeira. A 3 min du légendaire spot de COXOS.

Ribeirha de Ilhas

LE spot le plus fréquenté. C’est impressionnant de voir autant de personnes à l’eau. Mais si on ne suit pas exactement l’horaire des marées, on peut se faire des petites sessions en longboard plutot agréable. Mais cela ne dure que 45 min max avant l’arrivée en masse de toutes les écoles.

ribeira de ilhas
Check du spot de ribeira de ilhas

Quand c’est gros, le spot tient le coup et la sélection naturelle s’effectue. Nico a eu une grosse session dès le premier soir de notre arrivée. Au vu de la puissance des vagues, j’étais très contente de rester au bord avec Titi qui s’est amusé dans le sable.Le matin et le soir se lève souvent un brouillard qui rend le lieu un peu plus mystique encore

Nous avons eu droit aussi à un ribeira de Ilhas à 1m50. J’ai fait une session en shortboard dès le 2ème jour . C’était sympa mais il y avait du monde dont l’école locale de surf, 6 ados plutôt bons, ce qui a rendu la session plus coriace.

ribiera de ilhas vue de coteEriceira ou Ericeira pas?

Il y en a pour tous les goûts aux alentours d’Ericeira:

Pour les jeunes ( et moins jeunes) qui veulent rencontrer du monde, faire la fête et apprendre le surf, le spot de Ribeira de ilhas est parfait .Il y a aussi pas mal de spots de sable autour de la ville: Sao Juliao et Foz do lizandro au sud. Sao lourenco au nord et plus loin encore Praia azul et Santa cruz( 30 min de route). Toutes ces plages sont « van friendly »! On peut y dormir facilement! Particulièrement à Foz do lizandro qui a un grand parking en terre en haut de la falaise pour ceux qui apprécient les réveils « avec vue » ou en bas, au bord d’une rivière qui se jette dans l’océan pour ceux qui préfèrent la tranquillité.

Lorsque la houle n’est pas assez grande ou que la période est trop faible, il y a donc pas mal d’option.

Pour les surfeurs expérimentés ou expert, on trouve le meilleur spot du Portugal: Coxos.

Nous avons atterrit dans une maison très sympa, un peu ancienne, comme on les aime, avec une piscine et une végétation sauvage luxuriante. Nous co habitions avec une russe Maria et deux allemands très sympas Jonas et Niels. Nous nous retrouvions le soir autour de bières et de cigarettes pour nous raconter notre journée, puis après une semaine, nos vies. On a bien rigolé. Notre hôte s’appelait Tiago. C’était un « hot » local de Coxos, un surfeur de gros qui est souvent en photo dans les magazines . Le jour de notre arrivée, une grosse houle était arrivée en même temps que nous, Tiago préparait sa planche et a proposé directement à Nico de l’accompagner surfer à Coxos. Il n’a pas hésité.

Coxos

Tiago

il y a énormément de courant à Coxos quand c’est gros

 

J’y ai surfé 2 fois lors de conditions entre 1m20 et 1m80. Encore deux sessions compétitives mais le cadre, l’ambiance et la vue des vagues de l’intérieur vaut toujours le coup.

coxos
Poussette avec vue sur Coxos. Titi fait la sieste sur les spots

 

 

C’est moi au milieu de ces 4 surfeurs. J’ai droppé deux gars mais faut dire qu’ils ne me laissaient rien

 

Ericeira

ericeira ville au bord de l'ocean
porte d'ericeira

Du 19 au 28 juillet avait lieu le festival international du film de surf. Titi a tenu le coup 30 min. Chaque soir, deux films étaient projetés. Certains étaient très pro, d’autres plus amateurs. Certains bons, d’autres un peu moins. J’ai beaucoup aimé le dernier film de Tiago Pires qui mélange la musique brésilienne le forro et des images en noir et blanc au ralenti de gros tubes filmés à Coxos.

Tiago Pires était présent pour nous présenter son film

 

Mataduro et Piedra Blanca

Entre Ribeira de Ilhas et Ericeira déroulent deux vagues plutot sympathiques

La gauche tendue de Piedra Bianca avec son parking en terre superbe en haut de la falaise. Comme toute belle vague, le localisme se fait sentir, les plus belles vagues ne sont que pour les locaux. Il faut être patient et/ou y aller à une marée un peu moins adéquate. Nico y a pris de superbes vagues

Après avoir passé 2 heures à le prendre en photo tout en donnant le repas à Titi, je me suis accordée un petit moment pour moi: j’ai essayé de me baigner sur la plage superbe de piedra bianca, mais l’eau est trop froide. Contrairement à ce que je pensais, on a jamais eu vraiment chaud, il ya toujours un petit air frais, et c’est tant mieux.

Il y a plusieurs pics aussi à Mataduro. Ses vagues déroulent plus ou moins parfaitement entre des rochers. La plage est assaillie elle aussi par les écoles de surf. Il faut donc, comme pour Ribeira de Ilhas choisir le bon moment et avoir de la chance. Voici quelques photos de ma session, puis des photos quand les écoles sont arrivées.

seule à l’eau avec une amie

Quand Nico surfait ou inversement à Mataduro, l’autre pouvait facilement en poussette rejoindre le parc pour enfant à 5 min de là, juste à l’entrée d’Ericeira

Parc de jeux pour enfants avec vue. Titi s’amuse avec le fils de nos amis

Peniche

Pour mes 41 ans, une petite houle et un vent de nord était annoncé. C’était l’occasion de monter vers Peniche. J’y avais fête des 26 et mes 27 ans!!! Je débutais le surf à cette époque. L’occasion pour moi d’une petite virée nostalgique et de voir mes progrès en surf! J’avais peur que le lieu soit dénaturé par le monde. L’accès à la plage de Ferrel reste encore sauvage et délicate et on se gare toujours sur la falaise . Le sable est toujours si blanc, l’eau toujours turquoise et la falaise ocre toujours aussi superbe. Un petit air d’Australie.

 

Il y a bien sur beaucoup plus de monde qu’avant. Les village de Ferrel et baléal sont un peu défiguré par des surfeurs lodge,mais la plage et les vagues vallent le détour. On a pas eu la chance de voir Supertubos marcher. Il y en a aussi pour tous les gôuts.

A peine arrivés!!!ouahhh!!! Je me jette à l’eau! J’ai pris le longboard ( j’ai un peu regretté car les vagues bien que petites étaient bien creuses)

 

 

Je suis un bloc de texte, cliquez sur le bouton \ »éditer\ » pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Encore un peu de tourisme

L’océanarium de Lisbonne

J’avais ce superbe souvenir de cet océanarium! Il y a un énorme aquarium en forme de cylindre au centre du lieu. En faisant le tour de ce cylindre nous passons par les différents océans. L’aquarium milite et soutient la biodiversité et le respect des océans: à aller voir sans modération. Timothée est resté abasourdi.

un mola mola

puffins

Lisbonne n’est qu’a 35 minutes d’Ericeira et la très touristique ville de Sintra à 25 minutes

Sintra: Sintra ou Sintra pas?

Je tenais à aller à Sintra car j’avais vu des photos incroyables d’un château tout droit sorti d’un conte de fées. Mais j’avais entendu parler de ce flot insupportable de touriste rendant le liue infréquentable. En effet, une seule route sinueuse monte au parc et au château de Pena. de plus elle est en sens unique causant des bouchons de 3h pour quelques kilomètres .

Après la sieste de Timothée, nous avons tenté notre chance. Quand Titi faisait la sieste à la maison, je me baignais à la piscine ou je lisais le super livre que j’ai trouvé sur place: Scar Tissue ou l’autobiographie d’Anthony Kiedis le chanteur des Red Hot Chili Peppers

Après la sieste donc, vers 17h30 nous avons pris la route pour le fameux Palais de Pena. Nous sommes arrivés au parc de Pena 1h30 avant la fermeture. La brume était tombée et nous commencions à être de plus en plus seuls. Nous sommes montés à pied à travers ce parc à la végétation tropicale jusqu’au majestueux et kitchissime Palais

 

Fin du séjour à Ericeira

Nous avions réservé 16 nuits dans cette charmante maison mais un gros swell était annoncé pour notre départ: nous avons prolongé de 3 nuits.

Tous les spots ont saturé pour ce gros swell. Coxos était quasi insurfable. Sous les conseils d’un copain de la côte bleue, nous l’avons rejoins sur un spot situé au centre d’Ericeira. Mathias s’était mis à l’eau 3h auparavant et avait bien bouffé sans réussir à atteindre le pic. Nico a tenté sa chance , le spot s’était « cleané ». Moi j’ai pu profiter du spectacle en me baladant sur le bord de mer en poussette le long de bars et resto qui donnaient envie.

Nous avons pris la route retour le matin du 13 aout. Nous sommes arrivés le soir même en Galice et avons retrouvé avec surprise de très bons amis voyageant en camping car avec leurs enfants. Nous y sommes resté 6 jours de plus en camping toujours.

Nous avons encore eu de la chance sur les conditions météo et conditions de surf. J’ai eu quelques bonnes sessions

Ahaha, j’ai été déséquilibrée par un clapot. Je ne suis jamais trop à l’aise en backside

Voili voilou

J’espère que ça vous a plu. Ericeira ou Ericeira pas pour vous? Parlez moi de votre expérience.

obrigada

Anne

Plane bashing ou la culpabilité du voyageur

0
Plane bashing

Plane bashing ou la culpabilité du voyageur

HELLO EVERYBODY!

En ce temps de grandes vacances, de départs vers de nouveaux horizons et de quêtes de surf à l’autre bout de la planète, je me mets à culpabiliser: Et si derrière nos convictions écologiques, que beaucoup de surfeurs partagent, ne serions nous pas tous hypocrites? Comment cautionner les voyages en avion quand on voit l’évolution exponentielle de l’occupation du ciel et la conséquence sur le réchauffement climatique?

Non! non! Ceci n’est pas un article pour nous faire culpabiliser! Je réfléchis juste au moyen de combiner ma passion du voyage à mes mes idéaux écologiques.

Constat personnel du Plane bashing

Arrivée magique à Fuerteventura

Depuis 20 ans, je voyage tous les étés. Et depuis ces dernières années, je prenais même l’avion 3 fois par an ( Canaries à Toussaint, Maroc en Février et Indonésie en été). Sans compter ma pratique du parachutisme lorsque j’avais 25 ans ( pratique que j’ai abandonné depuis plus de 10 ans).

Avant, nous n’avions pas conscience de tout cela, l’écologie était un sujet abstrait et le réchauffement climatique ou la disparition des espèces n’étaient qu’une profecy comme les nombreux avertissements d’hurluberlus annonçant la fin du monde en 2000.

Les réseaux sociaux n’existaient pas, internet était à ses balbutiement,  nous étions un peu en paix grâce à notre ignorance et nos œillères.

Mais de nos jours, comment ignorer ce problème majeur: le plus grand challenge de notre époque! Non, ce n’est pas la lutte contre le terrorisme qui est le plus grand risque de nos sociétés modernes. Le terrorisme est la petite écharde que l’on se glisse sous le doigt, qui dérange bien-sur, mais qui est presque dérisoire face à l’extinction de masse de certaines espèces et aux morts causées par le réchauffement climatique.

Soyons indulgents mais exigeants envers nous même

Personnellement, j’ai réduit mes voyages en avion. Le fait d’avoir un bébé m’a fait prendre conscience que je devais prendre soin de son avenir et , soyons sincères, c’est compliqué de voyager avec un enfant en bas âge.

Mais je ne pourrais pas arrêter de voyager. Ne nous privons pas totalement de cette exquise sensation de liberté et de ces incroyables aventures. Le voyage forme la jeunesse comme on dit. Le voyage permet de mettre en perspective sa propre existence en la confrontant  à d’autres modes de vie. Il permet l’ouverture d’esprit et la tolérance. Il est nécessaire à la connaissance de la différence pour lutter contre la peur de l’autre, de l’étranger.

Perth-Carnavon! L’Australie de l’ouest vue du ciel
Alors quoi faire?

Voici la discipline que je m’impose sans pour autant tomber du côté extrémiste de l’écologiste radical. J’ai toujours détesté les extrêmes, ils sont dangereux.

1- Limiter au maximum de prendre l’avion sans se priver de voyager: J’ai décidé de ne prendre l’avion qu’une fois par an, puis passer à un grand voyage tous les 2 ans. La désintox au voyage doit se faire en douceur.

2- Compenser cette charge carbone en faisant attention au quotidien: Personnellement,

  • Je fais attention à ma consommation de choses futiles. A chaque envie, je me pose la question: en ai-je vraiment besoin?  Acheter des fringues pas chères comme dans les magasins Primark, est à bannir: Il est absolument impossible de fabriquer des T.shirt qui coûtent moins de 5 euros sans qu’il y ait exploitation d’enfants ou pollution de rivières dans les pays sous développés qui produisent les tissus. L’industrie de la mode est la deuxième plus grosse source de pollution du monde! Encore une fois, ne tombons pas dans l’extrême: j’aime aussi la mode et me sentir jolie et bien habillée. Mais essayons de ne pas trop la suivre cette traître! La mode est tellement changeante! Il faudrait refaire complètement sa garde robe chaque année pour coller à la « tendance ».
  • Privilégier les transports en commun: cet été je pars quelques jours à Amterdam, j’ai préféré payer 100 euros plus cher en prenant le train. En plus au niveau temps c’est kif kif: pas d’enregistrement de bagages, pas de taxis ou train pour arriver à l’aéroport…c’est tellement plus simple et plus reposant!
  • Et biensur tous les gestes écolo du quotidien: pas de douches trop longues, passer au sans emballage, recyclage…

CAR UN SURFEUR PEUT SE PASSER DE LA SUPERFICIALITÉ DE LA SURCONSOMMATION MAIS NE PEUT PAS SE PASSER DE PARTIR A LA QUÊTE DES PLUS BELLES VAGUES DU MONDE

Voilà ma pensée du jour. Quel est votre prochain trip? Que pensez vous du Plane bashing?

Moi je pars en Galice et au portugal cet été. Pas d’avion, mais une bonne journée de route…c’est pas terrible non plus mais ça pollue quand même moins que l’avion.

PS: A mon retour de trip, je vais lancer ma BD sur les surfeurs qui s’appelle: SURFEURS ETC ( En Toutes Conditions). J’espère que ça vous plaira et que vous me soutiendrez nombreux dans ce projet OUF!

 

ma  » check list « de voyage

0
surfeuse coupure corail sumatra

Les grandes vacances approchent et il est temps de penser aux préparatifs!

C’est toujours une phase angoissante. Vais-je penser à tout? Surtout quand on voyage avec un enfant et un surfeur qui a toujours peur de ne pas avoir le matos adéquat aux conditions.

J’aime et je déteste à la fois préparer mes bagages. Alors pour n’avoir que le bon côté des préparatifs, je vous propose ma check list de voyage, spéciale surf, enfant en bas âge et pays tropicaux…Je précise que c’est une liste personnelle, non exhaustive et qui est encore en construction…

Ma check list de voyage:

PHARMACIE/ BEBE

  • doliprane
  • Malarone ( prévention malaria)
  • bandage
  • biseptine ( ou betadine)
  • crème cicatrisante ( flamigel, zinc…)
  • compresses stériles
  • pansements
  • antibiotiques généralistes
  • antidiarrhiques
  • boule quies ( les coqs se réveillent très tôt)
  • crème solaire
  • petit kit couture
  • bombes anti moustic
  • bombes anti moustic pour vétements
  • moustiquaire
  •  POUR LES GIRLS
  • tampons
  • pilule
  • pince à épiler
  • bande de cire froide ou rasoir
  • ovule ( pas facile d’aller en pharmacie la-bas et d’expliquer le petit pb)
  • POUR BEBE
  • crème solaire bébé
  • doliprane suppo
  • poudre réhydratante en cas de diarhées
  • cachets anti diarhéés
  • sérum physio
  • thermomètre
  • bétadine bébé
  • créme apaisante après piqure, ou miel et huile essentielle de lavande
  • antibiotiques pour bébé
  • crème réparatrice fesse
  • camilia ( ou autre) poussée dentaire
  • serviette toilette bébé
  • couches
  • liniment
  • lingette nettoyante
  • lait en poudre
  • quelques pots, compotes et gateaux bébé
  • biberons et goupillon
  • dosettes pour emporter le lait en déplacement
  • LIT BEBE TENTE MOUSTIQUAIRE ou lit parapluie

PAPIERS

  • billets avion
  • passeports
  • 2 CB
  • appeler la banque pour les prévenir du voyage
  • photocopies passeport,CB
  • numéro assistance internationale en cas de pépin
  • permis international
  • carnet de plongée
  • guide voyage ( lonely planet ou rough guide)
  • photocopie des spots ( en cas de non réseau internet)
  • guide assymil pour entrer en communication avec les autochtones

SURF ( et autres loisirs sportifs)

  • kit de réparation
  • scotch alu
  • 2 paires d’ailerons
  • clé fcs
  • 2 leash ou plus ( si planches de longeurs différentes)
  • WAX
  • chaussons ( pour ne pas se démonter les pieds sur le reef)
  • lycra, shorboard, maillots
  • casquettes ou bob de surf
  • Palme , masque, tuba
  • bullpack
  • petits sac à dos pour rando
  • chaussures randonnée
  • POUR BEBE
  • sac à dos de rando
  • lycras anti UV
  • casquettes
  • lunettes soleil
  • chaussons pour marcher dans l’eau

DIVERS

  • duck tape
  • garcette
  • couteau suisse
  • appareils photo et chargeur
  • téléphone ( débloqué)et chargeur
  • Penser à acheter en arrivant une carte sim locale au maroc ou en indo: ca se vend partout
  • adaptateur USB/ 220 volt
  • adaptateur de prise selon le pays où on va
  • frontales
  • cartes SD
  • banane ou pochette pour garder les papiers et les sousous bien à l’abri contre soi
  • KWAY ou coupe vent
  • SANGLES
  • sac à viande ( un drap duvet)
  • lessive à la main
  • hamac

Si vous avez des compléments à apporter à ma check list de voyage, je suis preneuse: je suis novice en tant que maman voyageuse! N’hésitez pas à faire des commentaires ou à me poser des questions!

de gros bisous et bon trip!

BD humoristiques sur les surfeurs

0

Voilà en avant première un extrait de mon album de BD humoristique sur les surfeurs:

Surfeurs, ETC ( En Toutes Conditions)

Je vous propose de suivre l’évolution de mon travail. Au début, je les dessine rapidement, puis je demande à ma graphiste ( Audrey Shintu) de l’adapter avec Illustrator.  On dirait pas, mais c’est du boulot!!!!

 

Le surfeur en quête

C’est la BD que l’on a le moins retouchée. Après lifting sur illustrator, le résultat fait beaucoup plus pro!

bd humoristique surfeur

LES WEEK-END DE LA COPINE DU SURFEUR

Sur cette BD, j’ai décidé de changer le personnage de la nana. Je voulais intégrer mon propre personnage. Donc la copine du surfeur est devenue brune. Et l’écran d’ordinateur est devenu une tablette. En effet, lorsque j’avais crée cette histoire, les téléphones portables n’étaient pas encore si indissociables du check météo. Avant , on faisait ça sur l’ordi…Aie Aie Aie, coup de vieux.

Et nous avons du l’adapter au format portrait pour l’impression.

LE SURFEUR ZEN

J’avais déjà publié cette BD sur le blog. Mais son format original semble être réalisé par un enfant de 8 ans. Je suis tellement fière du résultat. Céline m’a proposée l’idée de faire progresser l’expression du visage en gros plan du surfeur. Et j’ai voulu rajouter beaucoup d’autres surfeurs au line up…En méditerranée, quand ça marche, les spots ressemblent plus à une zone de guerre qu’a un espace naturel zen!

Le surfeur nostalgique est une de mes dernières planches. J’avais envie de faire un clin d’oeil à la cause écologique et au respect des océans qui anime de nos jours la plupart des surfeurs.

VOILA

LA SUITE AU PROCHAIN EPISODE…

Je préfère attendre de protéger les droits de tout ça avant de tout publier.

L’image d’en dessous vous donne une idée du reste

des bises à tous et à toutes

J’espère que ça vous plaira!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Anne

Photos de la session du 4 février 2019

0
session surf du 4 fevrier 2019 côte bleue méditerranée

J’aime pas le mois de janvier. J’en a marre du mistral et du froid qui l’accompagne. Comme je travaille souvent dehors, je suis malade en plus…et je rate les plus belles sessions.

Alors je profite par procuration de ce beau spectacle qu’une houle venant du fond de l’Espagne agrémentée d’un vent fort quasi offshore nous offre. J’use mes seules et dernières énergies pour aller sur le spot avec l’appareil photo et ressort du « show » revigorée…mais toujours malade, faut pas rêver.

Photos de la session du 4 février 2019

En ce moment, la Med récompense les surfeurs qui ont bien bossé la semaine par quelques sessions qui tombent en week-end.

J’hésite toujours à partager des photos de surf, car je connais la polémique…mais bon, vu le nombre de celles que j’ai vu circuler depuis quelques heures sur les réseaux sociaux, je me dis que je peux bien partager les miennes.  photo surf eric dargent[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

sessions magiques du 30 oct et du 1er nov en méditerranée: un plein d’émotions

0
coucher de soleil session de surf côte bleue

Cela fait plus de 6 mois que je n’ai pas eu envie ni le temps d’écrire sur le blog. Céline et moi, nous nous lançons dans un nouveau projet artistique dont on vous parlera prochainement ( c’est en rapport bien-sur avec le surf)

Après une semaine dans les landes où j’ai eu l’impression de ne plus savoir surfer, les bancs de sable étaient tellement capricieux et si exigents, j’ai vécu 2 sessions magiques:  les  plus belles de ma vie, chargées d’adrénaline mais sans réelle peur, chargées d’émotions purement esthétiques.

J’ai eu besoin de raconter ce sessions magiques, pour les revivre à chaque fois que je relirai cet article. Pour que je ne les oublie pas. J’espère que vous appréciez et comprendrez ma démarche.

Aucune photo valables n’a été prise! Aucun photographe n’a voulu sortir de l’eau. Quelques photos rapides seulement prises de téléphone. Mais peu importe les photos: les vrais souvenirs sont dans la tête, le cœur et dans le corps.

SESSIONS MAGIQUES DU 30 OCTOBRE 2018 AU SOIR

Il était 16h. Nous revenions le jour même des landes. Nous avions accéléré notre départ de l’océan pour profiter de ces conditions annoncées chez nous.

2 heures auparavant, aucune vague ne venait rider le plan d’eau. La mer était lisse comme un lac selon ma belle mère. Nous étions sur la route, vers Béziers, et en effet on ne voyait pas de vent d’ouest souffler; ce vent générateur de vagues par chez nous. Nous étions en train de regretter d’avoir écourté notre séjour pour « Nada ».

A 16h, la méditerranée était déchaînée sur Carro! Des creux plus haut que les mats des planches à voile et du vent à casser les bras des windsurfeurs. C’était un « Carro » que l’on voit rarement, qui frise l’inavigable et la punition.

windsurf carro 1 er novembre
Un bon jump de Nico

Windsurf carro 13Jojo, un pôte à nous, était sur la plage en train de lutter à garder les yeux ouverts sur la mer, quand je l’ai rejoint sur le spot. Ce gars là est un ami de longue date que l’on ne voit que chaque 4 ans lors de ses retours en France. C’est un grand voyageur, un surfeur du monde. Il habite maintenant en Polynésie ( sur une île où bien-sur, comme sur la côte bleue, il n’y a jamais de vagues) . Nico ( mon compagnon) sort de l’eau difficilement avec son matos de windsurf, il nous dit qu’il vaut mieux aller surfer. Selon son jargon: » il était surtoilé et se faisait ouvrir »

Joan me dit: On y va?

J’avais pris ma combi , au hasard, mais le froid, la nuit tombante et les murs d’eau ne me donnaient guère envie…

Et puis je me suis dis: Pourquoi pas! C’était comme revivre ma jeunesse et ma découverte du surf. Le moment où tu fais des folies, l’époque où tu es si motivée et si insouciante que tu te jettes à l’eau dans n’importe quoi. Quand tout était nouveau. C’était avec jojo et sa bande de copains que j’avais fait mes premiers trips surf; il y a 15 ans. J’avais 25 ans à nouveau! Et pour une fois ma belle mère nous gardait le petit: il fallait profiter de cette occasion. Cette météo chaotique donnait un effet de tempête de fin du monde ( oui oui j’exagère). J’allais partir à l’aventure à domicile!

Arrivés sur le parking du spot, la pluie s’est mise à se renforcer sévère! J’ai dit « on ne peut pas aller checker, qu’est ce qu’on fait? tant pis!  » Il me répond: « Y’a qu’une solution: « on se met direct en combi et on verra »

Plus nous courrions sous la pluie, planche sous le bras,  sous le regard éberlué de deux marcheurs pris de surprise eux aussi par le grain, plus l’excitation de surfer me prenait.

Et là!!! Et là!!! Du monde au pic!! Et de très belles lignes qui déroulaient parfaitement.Jojo observa le pic d’abord, un peu hésitant face au monde et à la tension perceptible du bord. Moi, habituée, je me jetais à l’eau.

J’ai pris plusieurs vagues très sympathiques du pic du milieu mais je n’arrivais pas toujours à les suivre jusqu’à la plage. Ma planche était neuve et encore trop petite ( faut vraiment que j’achète un shortboard avec plus de volume) . Mais je me lançais sans peur dans le creux. Après la grossesse et la naissance de Titi, je n’avais surfé que des conditions tranquilles en longboard. J’étais donc très satisfaite.

Les vagues grossissaient et noircissaient au fur et à mesure que la nuit tombait. Nico me dit   » Monte, ça va grossir encore plus ». Et elles ont grossi en effet! Les séries arrivaient avec plus de fréquence, elle pouvaient atteindre 2 mètres. Les take off à l’inside étaient devenus très engagés. Wouahh, quel spectacle!

Le cœur était vivant, le corps ultra présent et l’esprit en folie mais serein.

Lorsqu’une grosse série nous surprenait, nous les surfeurs intermédiaires, nous nous retrouvions parfois dans la zone d’impact, il fallait maîtriser les canards. Sur un bon mur dont la lèvre frisottait ,prête à péter sur toute sa longueur, mon chéri a fait un late take off et a manqué de me couper en 2. Mais je n’avais pas peur, j’avais confiance en moi, j’étais déconnectée.

Quand je suis sortie de l’eau, les bras endoloris de fatigue, la pluie et le vent avaient repris de plus belle. La nuit était presque noire. Je suis remontée sur la falaise, qui protégeait un peu nos vagues du vent et j’ai cru m’envoler. Je ne pouvais plus avancer sans que le vent s’engouffre dans ma planche et me déstabilise. Je me suis assise par terre, mouillée, les pieds congelés, dans le vent et la nuit, et j’étais heureuse. Jojo est allé me chercher mes baskets bleues que j’avais laissées en bas de la falaise. Ils les as retrouvées pleines d’eau, comme deux petites piscines. Et oui, j’avais pas trop réfléchi avant de me jeter à l’eau, j’avais posé le cerveau. Vallait mieux, sinon je n’aurais pas osé surfer.

SESSIONS MAGIQUES DU JEUDI 1ER NOVEMBRE AU SOIR

SESSIONS MAGIQUES COTE BLEUE 30 octobre

Nico est parti surfer après le petit déj. Je gardais donc le petit. Il y avait eu du vent toute la nuit et le tonnerre nous avait fait très peur. Je l’ai laissé sans remord aller checker les spots, car je connais son besoin de surfer dans toutes les conditions possibles. Et je ne me sentais pas apte à surfer, encore. Il m’appelait chaque 30 min pour me tenir au courant et surtout pour se déculpabiliser de me laisser seule m’occuper du bébé…. »Y’a pas de soucis, j’ai pas envie d’aller surfer, je suis trop fatiguée ». Après diverses missions à la maison , je suis allée faire une sieste en même temps que le petit vers 15h. J’ai dormi 10 minutes et me je me suis réveillée en pleine forme!!!  Nico m’a rappelé à ce moment là pour me dire qu’il sortait de l’eau et que le plan d’eau s’était rangé.

J’ai préparé ma combi, attendu le retour de Nico avec impatience et me je me suis ruée sur le camion! C’était à mon tour de surfer maintenant! Et j’avais de la chance: les vagues s’étaient lissées. Il y avait encore un peu de monde, mais j’ai directement pris une vague. Cette semaine de surf et de rame intensive dans les landes ( sans prendre quasiment de vagues) ont étés bénéfiques. C’a été la plus belle vague de toute ma vie sur ce spot sur lequel nous avions pourtant vécu 10 ans. Un bon take off assez creux, j’ai tenu bon, et passé la section. La vague m’offrit alors son épaule tendue que je n’avais pas vu depuis trop longtemps, et qui m’accompagna jusqu’à la digue. Waouh!!!! J’étais refaite.

coucher de soleil méditerranée côte bleue sessions magiques

Le soleil commençait à se coucher et les lumières étaient devenues folles. A l’eau, il n’y avait que des gens que je connaissais et qui m’encourageaient à prendre plus gros et plus à l’inside. J’ai encore eu de bonnes sensations en me jetant dans le vide et en tenant le creux!!!! J’étais encore comme dopée. Dopée de la beauté du lieu. Le ciel vers l’ouest était devenu un puits de lumière jaune  qui se reflétait dans l’eau par touches brillantes ocres.

Sur la gauche, du coté est, le soleil tombant rendait la falaise surnaturelle. C’était difficile à décrire: on aurait dit que les contrastes étaient renforcés, comme si un photographe avait trop forcé sur le logiciel lightroom ( plaisantait un pote). Je n’ai pas pu m’empêcher de faire partager cette émotion purement esthétique aux derniers surfeurs qui restaient. Nous avons tous apprécié, un peu scotchés, cette beauté des nuages et des pins et des rochers et du ciel et des vagues. Heureux d’être si privilégiés.

coucher de soleil sessions magiques de surf côte bleue

Je suis sortie presque à la nuit. Nico m’avait fait la surprise de accueillir avec Titi.  Il venait d’arriver et n’avait  eu le temps de prendre que ces quelques photos. Il n’a pas eu de vagues de moi, mais ça suffit pour immortaliser le souvenir.

BREF, ces 2 dernières sessions ont étés les plus belles et les plus fortes de ma vie de surfeuse de la côte bleue.

Je vous partage aussi quelques photos d’une session de la veille. J’étais cette fois-ci en mode photographe, après avoir surfé 1h30 juste avant. Aucune photo n’a été retouchée.

session surf côte bleue 31 otobre 2018session surf côte bleue 31 otobre 2018session surf côte bleue 31 otobre 2018session surf côte bleue 31 otobre 2018PAYSAGE MER CARGO COTE BLEUEFERRY CARGO MEDITEERANEEsession surf côte bleue 31 otobre 2018