Auteurs Articles postés par Surfeuse

Surfeuse

55 ARTICLES 12 Commentaires

HOULES gigantesques AU PORTUGAL pour les vacances de Toussaint 2020

2

Cet été nous sommes allés au Portugal, à Ericeira, pour la deuxième année consécutive. Nicolas, mon compagnon a frôlé la catastrophe deux jours après notre arrivée: un bloc rocheux s’est décroché d’une falaise lorsqu’il était en train de checker les vagues et il a reçu un des morceaux ( d’un diamètre assez conséquent) sur la cuisse. Grosse peur, grosse panique, pompiers, police maritime, ambulance, direction les urgences de Lisbonne.

Plus de peur que de mal: dans sa malchance il a eu beaucoup de chance. Il s’en est sorti avec un gros écrasement du quadriceps. Heureusement qu’il portait un jean.

Le bilan: Pas de surf pour lui pour 2 mois, immobilisation totale pendant 5 jours et partielle pour le reste du séjour. Quant à moi…comment vous dire sans avoir l’air de me plaindre, alors que Nico aurait pu mourir si le rocher était tombé 5 cm plus à droite…je suis devenue une super héroïne aux pouvoirs épuisés: une enfant en bas âge en camping et un mari surfeur frustré handicapé…Bref, nous avons pas beaucoup surfé cet été!

Nous avions une revanche à prendre! Dés fin août nous avons réservé des billets pour Lisbonne pour les 15 jours de Toussaint, et sans enfant!

Au fur et à mesure que le trip approchait, on commençait à douter: et si nous restions bloqués là-bas à cause du covid? Et si 15 jours sans Titi c’était trop long? Et s’il n’y avait pas de conditions et que nous dépensions l’argent que nous n’avions pas pour rien?

Une grosse période de tempête et de pluie était annoncée à notre arrivée. Nous décidons de ne pas partir. Et puis, coup de folie! J’ai proposé à Nico de visiter Lisbonne sous la pluie les premiers jours ( et oui, je suis aussi une citadine!) et advienne que pourra! J’étais très très fatiguée après ces deux mois de rentrée masquée et épuisante, j’avais vraiment besoin de me changer les idées. Nico a accepté! Il avait aussi vu venir l’énorme houle se préparer pour la semaine prochaine…

Quand dans l’avion j’analyse la carte de Lisbonne, Nico analyse un autre type de carte!

LISBONNE

Le centre ville de Lisbonne et son fameux Tramway

tramway 38 lisbonne

La « pink street » où on est venu se régaler deux jours d’affilé d’un menu du jour à 8 euros! Leur vin blanc gazeux est un délice pour l’apéro.

 

L’alfama

tramway 38 lisbonne covid 19

Pour le deuxième jour de pluie, nous avons fait un aller retour dans le fameux tramway 38, de son terminus ( le parc estrella) jusqu’à l’Alfama. Un quartier aux ruelles en pentes, désuettes et tellement charmantes! La ville était déserte à cause de la pluie et du Covid. C’était une sensation étrange et une expérience unique mais un peu déroutante.

ruelles alfama lisbonneruelles alfama lisbonne tramway 38

ruelles alfama lisbonne

NAZARE

Nazare le 22 octobre 2020

Pour notre 4ème nuit nous avons réservé une chambre à Nazaré. Ils annonçaient une houle de 3 mètres 15 secondes. On s’était dit que ça allait bien gonfler à playa Norte!

Nous avons eu raison. Des vagues de face de 5 mètres ont permis à Justine Dupont de se préparer aux 2 jours épiques qui l’attendaient la semaine suivante!

Nazaré 22 octobre 2020

On prend des réserves pour assister au show

Justine Dupont Nazaré 22 octobre 2020

Justine Dupont Nazaré 22 octobre 2020
On reconnaît tout de suite Justine Dupont avec sa planche fushia et son casque bleu

Nazaré et le swell du siècle!

Nous en avions rêvé cet été lorsque j’avais rencontré Justine Dupont pour lui offrir ma BD et notre rêve est devenu réalité. Nous avons eu l’impression d’avoir gagné à la loterie. Quelles étaient les probabilités de prendre un billet d’avion 2 mois à l’avance pour espérer voir Nazaré fonctionner et que le spot n’a, non pas fonctionné, mais a été en FEU! Une houle de 6 mètres avec 20 de période!!! Cela n’arrive jamais!

Voici nos plus belles photos de cet évènement surf international extraordinaire!

Nazaré le 28 octobre: 15h 17h30

Nazaré le 28 octobre 2020

Nazaré le 28 octobre 2020 public

Plus de 2000 personnes par jour sont venues assister à ce spectacle de la nature avec des riders surnaturels! Je me suis cru à un festival rock, genre Woodstock, et Justine était la rock star! La brume, les pieds et les fesses dans la terre mouillés: nous étions transportés.

J’aimerais bien voir de mes yeux et ressentir ce que Justine Dupont est en train de regarder, tirée par le jetski et face à cette montagne qui se lève

NAZARE le 29 octobre 2020: 9h-17h

Nous avions prévu le pique nique pour passer la journée sur place. Une énorme série passait chaque 15 min. Quand la vague se levait et que le jetski lançait son surfeur dans la montagne d’eau qui n’avait pas encore déferlé, le rider semblait devenir de plus en plus petit au fur et à mesure que la vague gonflait, jusqu’à n’être qu’une trace blanche qui striait la face de la vague. On ressentait la vitesse, la puissance et l’urgence de s’échapper! Derrière eux, une mousse telle une avalanche les poursuivait à toute allure!

Nous avions réussi à nous faufiler aux première loges. Tous mal assis par terre côte à côte, un peu en déséquilibre sur la falaise, et tous réagissions par des youh ouh!!! et des ah!!!!et des bravo!!!!

Quelques uns partaient sur la droite, et c’était le plus impressionnant car ils étaient vraiment proches des rochers et du phare, et de nous.

la droite de Nazaré le 29 octobre 2020

Parfois ils partaient ensemble, en pic droite/gauche quand la vague prenait une forme conique parfaite.

pic droite gauche à Nazaré le 29 octobre 2020

Et une fois, il y a du avoir un couac dans leurs guidages radio…car les deux se sont lancés à toute allure en gauche. On a vu le choc arriver! On a vu le surfeur à l’inside foncer droit sur l’autre surfeur. On se disait: il va l’éviter! Mais non! Je crois qu’à cette allure il est impossible de contrôler complètement sa direction. Et boum! Mais plus de peur que de mal, ils sont tombés et on étés récupérés sans trop de difficultés.

impact Nazaré le 29 octobre 2020

Oh, oh…

Nazaré 29 octobre 2020 Kai Lenny foil
Kai Lenny, en fin de journée, en Foil. Il ne pouvait surfer que le haut de la vague avant qu’elle ne déferle, sinon c’était le coupe gorge assuré

Les vagues de Justine Dupont

Nazaré Justine Dupont record 29 octobre 2020Nazaré Justine Dupont record 29 octobre 2020Nazaré Justine Dupont record 29 octobre 2020

 

Pouvez vous voir le mini jet ski tout en haut à gauche?
Nazaré 29 octobre 2020
C’est ma photo préférée! Je l’ai imprimée en format poster

Après 4h passés au bord de la falaise, nous sommes remontés et avons crapahuté au hasard dans les roseaux et on s’est retrouvé sur un point de vue, sans grand monde, à part le cameraman de l’évènement je crois. La vue de loin est encore plus impressionnante. D’ici, la vague semble engloutir le phare et les spectateurs. Les lignes de houle géantes prenaient toute leur ampleur, comparé à la taille du phare.

Nazaré 29 octobre 2020

ERICEIRA

Comme d’habitude, nous nous sommes posés à Ericeira qui est ma ville préférée du Portugal. Elle compte de nombreux spots de surf et elle a une position assez centrale pour les autres spots de surf ( 1h 15 de Nazaré et de Peniche, 30 min de Cascais)

Je n’ai quasiment pas surfé! J’ai fait 3 sessions, une seule vague par session ( si on peut appeler un take off minable une vague). Je n’avais pas la forme et surtout je n’étais pas préparée physiquement à des grosses conditions. Pour la première fois de ma vie de surfeuse, j’ai fait un trip surf sans surf. J’ai essayé, mais ma rame n’était pas suffisante. Or quand il s’agit de surfer des conditions engagées physiquement et mentalement, vaut mieux être au top de la forme. Et ce n’était pas le cas. J’ai été très frustrée de me sentir amoindrie et rejetée par l’océan, mais j’ai accepté.

J’ai 42 ans et je ne me sens plus apte à dépasser mes limites, de me challenger à chaque coup de rame, de canard ou de take off. En tant que surfeuse méditerranéenne qui a commencé le surf assez tard ( à 25 ans), je n’avais pas le niveau et surtout pas la patate pour affronter ces conditions de malade: je vous laisse découvrir. Les photos parlent d’elles-mêmes.

3mètres 50, 14 de période…Nico m’a dit que c’était le spot et la session où il a eu le plus peur de sa vie. Le courant le plus violent et les tubes les plus effrayants de tous ceux qu’il a surfés auparavant.

Un autre jour c’était plus petit, mais toujours trop gros pour mon état motivationnel.

PENICHE

Pas de chance pour moi. Un jour où le surf était à mon niveau, les spots étaient gavés, et je suis arrivée trop tard pour la marée. Tant pis.

Baléal

Le matin où nous sommes allés à Nazaré le 29 octobre, nous avons fait le détour par Péniche. Supertubos. « Super Entubos » comme l’a résumé Nico. Une mise à l’eau tardive+ un shore break violent= une planche cassée en deux!

CASCAIS/ Lisbonne sud ouest

Nous sommes descendus deux fois vers Cascais, car la houle est filtrée là bas et que le vent tournait nord, donc offshore.

Après avoir traversé la jolie ville de Cascais, une multitude de spots s’enchaînent, tous plus attrayants les uns que les autres. Et c’est le problème: on peut toujours aller checker le spot d’à côte au cas où…au cas où il y ait moins de monde, au cas où ça déroule mieux, au cas où c’est plus adapté à notre niveau. Nous retournons finalement au deuxième spot. Je me motive, je suis en combi, visage badigeonné de zinc blanc, je cours vers le spot, j’hésite, je ne sais pas par où rentrer, y ‘a des rochers, et c’est beaucoup plus gros que ce que je pensais…Un local costaud et tatoué sort de l’eau et directement me dit: « dont go, too dangerous! ». Je remonte à la voiture, et je me dis que j’aurais pu mal le prendre: Il juge mon niveau parce que je suis une femme? Et puis, je suis bien contente qu’il m’ait stoppée: ce n’était vraiment pas mon niveau effectivement…

J’ai pris des photos pendant 2 heures, au soleil, un peu frustrée de ne pas pouvoir surfer. Je ne sais pas si pour vous c’est pareil, mais je culpabilise toujours un peu de ne pas être dans l’eau même si je sais que ce n’est pas mon niveau…je me dis que j’aurais du essayer… Bref, quand Nico est sorti de l’eau, on s’est fait un bon resto sur le spot car j’avais besoin de me faire plaisir.

Puis j’ai réalisé qu’on était pas loin de Lisbonne et j’ai proposé d’aller à la Tour de Belem puis au musée d’art moderne Berardo qui se trouve à 15 min en voiture des spots. On a pas regretté, on a passé un bon moment. Au début, on se moquait un peu, amusés par les prémices de l’art cubique moderne qui ressemble à des collages d’enfant ou du gribouillage puis nous avons été pris au charme.

Je suis très heureuse d’avoir vu 2 œuvres d’Andy Warhol. Cela m’a inspiré cette planche de BD. Ceux qui ont lu ma BD Surfeurs ETC, comprendront la référence.

 

PROMOTION!

Je profite de cet article pour faire la promotion de ma BD. Je vous propose une promotion spéciale pour Noël: La BD à 13 euros pour ceux qui habitent par chez moi ( Carro, 13500) et qui veulent passer à la maison pour l’acheter! Ou bien, la BD à 19 euros pour une BD dédicacée livrée à domicile! Pour cela: envoyez moi un mail à annequerol@hotmail.com ou envoyez moi un message sur la page FB: surfeuse.fr, et je vous explique la manière de procéder!

 

Merci encore de suivre mon blog et de lire mes articles, ça fait du bien et ça me motive à continuer

bises

Anne

Retour en image sur ces deux derniers Week-end épiques: Surfeurs et Windsurfeurs à fond!

0

 

Retour en image sur ces dernières sessions de surf d’octobre en Méditerranée

Alors que la tempête Alex s’acharnait de manière cyclonique sur la Bretagne et qu’elle provoquait un tsunami d’inondation dans les alpes maritimes ( toutes mes condoléances et mon soutien aux habitants de cette région magnifique du Mercantour), les spots de la Méditerranée étaient en feu. Surfeurs et Windsurfeurs sont arrivés en masse et ont profité à fond, deux week-ends consécutifs durant, des conditions épiques!

 

Je ne pouvais pas ne pas partager quelques photos. Même si chaque surfeur méditerranéen sait qu’il doit protéger nos spots en ne dévoilant pas leur nom et en faisant circuler le moins possible des photos. Mais quand c’est épique comme cela, chacun sera heureux de se rappeler de ces folles sessions de surf d’octobre.

WINDSURF

 

SURF

SURF SESSION MEDITERRANEE OCTOBRE 2020
oui oui, il fait nuit! Mais la lune éclaire encore un peu
ça c’est moi le lendemain, les vagues étaient beaucoup plus petites

Sur ces photos on voit bien le problème de la surpopulation sur certains spots, alors désolée de reprendre les règles de bases, mais certains les oublient parfois:

  • Par rapport à ton niveau, ton spot tu choisiras
  • Si tu veux tenter ta chance sur un spot engagé, discret au début tu te feras
  • Avant de faire le take off, à l’inside tu regarderas
  • Si tu te places vraiment trop à l’inside, la vague tu gâcheras
  • Après avoir pris une vague à l’inside directement tu ne te replaceras pas
  • Si une personne fait une erreur une fois, tolérant tu te montreras

bises!

Anne[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Justine Dupont: une rencontre lumineuse à Nazaré

0

Pour la deuxième année consécutive nous avons passé une grande partie de l’été au Portugal. J’en ai profité pour rencontrer la grande, très grande ( au sens propre et au sens figuré) Justine Dupont.

Ma rencontre avec Justine Dupont

Malgré son emploi du temps très chargé, Justine prend le temps de répondre aux nombreux messages qu’elle reçoit sur Instagram. A mon plus grand étonnement, elle me « follow » sur Instagram et « like » de temps en temps les photos que je poste. Alors, lorsque je me suis installée au camping d’Ericeira, je lui ai envoyé un message pour lui proposer qu’on se rencontre et à l’occasion lui offrir ma BD. Elle a accepté avec enthousiasme et je suis allée à Nazaré le 8 aout, le jour de mon anniversaire. Justine a été mon KDO!

Elle nous a rejoint à midi au restaurant où on s’était installés. Elle est arrivée belle, grande et souriante. Les gens comme elle dégagent un aura et un charisme que seules les stars où les personnalités qui vivent de leur passion possèdent.

Ses cheveux longs blonds et ondulés n’étaient pas tirés en arrière ou aplatis comme sur ses photos dans l’eau, ils déferlaient comme une vague parfaite sur son visage. Justine Dupont n’est pas le genre de surfeuse que l’on voit poser ou se mettre en scène sur les réseaux sociaux. Elle est authentique et naturelle. Tout ce que j’aime!

C’est pour cela qu’elle a orienté sa carrière exclusivement vers le surf de gros il y a 4 ans. Elle en avait assez de l’agitation, du monde, de la pression de sa vie de surfeuse pro. Elle nous dit  » Aux vagues du 15 août, j’ai préféré les vagues du 15 décembre ». Elle en avait assez de surfer des mauvaises vagues en été et de vivre dans toute la folie estivale des compétitions de surf. Au moins, à Nazaré en plein hiver dans le froid et les grosses vagues, elle est seule avec l’élément et peut se concentrer sur son sport, sur sa vague, sur ses sensations.

A ce moment de la conversation, deux personnes lui demandent de prendre un photo avec elle. Elle me dit étonnée:  » C’est la première fois que l’on me reconnait dans la rue, d’habitude à Nazaré, je suis tranquille »

Pour vivre au plus prés de son but, elle s’ est installée à Nazaré de manière définitive avec Fred son compagnon ( qui pilote le jetski qui la lance dans les monstres d’eau) depuis 1 an. Ils ont acheté une maison qu’ils retapent. C’est pourquoi en ce moment elle ne s’ennuie pas. Ils gèrent sa carrière ensemble et elle nous confie qu’ il y a du boulot plus que pour 2! Mais c’est ça la vie intense, la vie d’une sportive de l’extrême!

Le matin de notre rencontre elle était dans l’eau, bien-sur, comme tous les jours. Nazaré était pratiquement Flat ce jour là. Elle s’est donc entraînée au Foil, une nouvelle activité ludique qui l’amuse car elle se retrouve à être déséquilibrée et à tomber de sa planche, comme un débutante en surf. Elle aime aussi découvrir de nouvelle sensations de glisse et cela lui permet de travailler ses jambes grâce au pumping ainsi que le Tow in, qu’elle pratique en toute conditions de vague.

 

Elle était en attente de recevoir l’Award de la plus belle performance de l’année . Award qu’elle a remporté bien évidemment pour la deuxième année consécutive pour cet incroyable ride de ce mois de Février 2020. Elle venait également de signer un contrat avec Adidas, ce qui lui permettra de continuer à nous faire rêver! Et à nous faire peur surtout!!!

Je lui ai donc offert et dédicacé ma BD tout en discutant naturellement. Elle m’a aussi posé pas mal de questions sur mon projet: comment je m’y étais prise pour le graphisme et l’édition, combien de temps cela m’avait pris… Elle m’a dit qu’elle avait aussi eu envie de créer une BD ou un truc de ce genre avec son compagnon sur le sauvetage en mer. Elle dit qu’elle grouille de projet dans sa tête.

 

dédicace: C’est un honneur de t’offrir cette BD. C’est mon big challenge à moi et j’espère que cela te plaira.

Elle a du nous laisser 30 minutes après, car Fred l’attendait dans la voiture, elle aurait aimé rester plus longtemps, elle s’en excuse à plusieurs reprises.

5 minutes après nous avoir dit au revoir, je reçois un sms. C’était un gentil message d’encouragement et une vidéo de son compagnon en train de lire ma BD. Elle me félicite pour ce challenge et me dit que la BD a l’air top! Puis elle s’excuse encore de la brièveté de notre rencontre et nous donne rdv cet hiver!

Et oui! On compte bien y retourner cet hiver! J’ai beaucoup aimé la ville de Nazaré  et j’ai bien envie de venir la visiter en hiver, lors d’une grosse tempête et d’avoir la chance de voir fonctionner sa machine à ras de marée!

Visite de Nazaré

Après avoir dit au revoir à Justine Dupont, nous sommes allés prendre le funiculaire qui monte sur la falaise. Au bout de cette falaise se trouve le fameux phare et la fameuse vague de Nazaré. Elle est crée grâce à l’association de la houle qui s’engouffre dans un grand canyon sous terrain à gauche du phare et la houle qui vient impacter la fosse qui se trouve quasi au bord du phare. Ces deux houles alliées s’élèvent en formant un triangle terrifiant.

Funiculaire qui rejoint la partie Nord de la ville et le fameux phare de Nazaré
étal de poisson séchés
les mamas portugaises qui vendent le poisson séchés
Lorsque je voyage, je goûte toujours les spécialités locales, miam miam
titi est en transe de voir le funiculaire arriver

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

 

de l’autre coté de la falaise, le beach break ( wedge) de nazaré
Le phare de Nazaré où on peut visiter le musée de la vague: on nous explique comment et pourquoi cette vague est si folle!

Obrigada de m’avoir lue!

Obrigada Justine Dupont, tu es rayonnante!!!

Bon, vous avez du le remarquer… je suis fan d’elle!

A bientôt!

Anne

points de vente de Surfeurs ETC

1

Hello tout le monde!

Vous devez savoir que j’ai auto édité une BD sur les surfeurs grâce à vous qui avez répondu présents pour mon crowdfunding ( financement participatif). J’ai pu en imprimer 500 exemplaires! C’est plus que je ne pouvais imaginer! Maintenant, il faut que je fasse vivre cette BD, pour que mon aventure continue! N’hésitez pas à en parler autour de vous!


Si vous n’habitez pas dans le coin ou que vous ne pouvez pas vous déplacer sur ces points de vente de Surfeurs ETC,  vous pouvez me contacter via

  • le blog surfeuse.fr ( ci dessous dans les commentaires)

  • la page FB:  surfeuse.fr

  • Mail: annequerol@hotmail.com

  • Instagram : surfeuse.fr


 

Voici les différents points de vente de ma BD « Surfeurs ETC »

Sur la COTE BLEUE ( 13):


LE SPOTFOOD

A Carro ( 13500), plage des Arnettes

Et à l’occasion vous pourrez:

  • Faire un tour à la plage ( sans problème pour vous garer)
  • Manger le « best » hamburger ou fish and ships du coin pour 8 euros!!!! Avec vue sur mer dans une ambiance relax!
  • Faire du shopping dans le surfshop. Pour les surfeurs il y a tous les choix de planches,de combi et autres accessoires de surf. Pour les « shoppers »: une bonne sélection de fringues rip curl, vissla, reef…
  • Visiter l’exposition de photo de surf de mon ami Kenny. J’y ai aussi exposé 3 photos signées surfeuse.fr

C’est ici que j’ai organisé la soirée de remise en main propre et de dédicaces le vendredi 3 juillet. Merci à tous ceux qui se sont déplacés.

 

Céline Sérignac, Audrey Shintu ( les 2 graphistes qui ont collaboré aux illustrations de ce projet) et moi-même au Spotfood

L’ARGONAUTE

A Martigues, 12 rue Lamartine

La librairie spécialisée dans les BD, Comics et Manga est située dans la rue piétonne commerçante principale de Martigues Jonquière

librairie argonaute


SURFSHOP JUST FAMILY

12 avenue A. Fouque à Sausset les pins

Située au centre de Sausset dans la rue principale et commerçante, la boutique « Just Family » est un lieu que l’on aime découvrir en prenant son temps. C’est peut-être une petite boutique mais elle regorge de produits de qualité,originaux et de bon goût. Je suis contente d’en faire partie!

point de vente surfeurs etc

CARRY PRESSE

1 route bleue à Carry le rouet

Marseille et plus à l’est:

SURFSHOP KULTURE

105 avenue Clot Bey, Marseille 8e.

Avec Fred vous y passerez forcément un bon moment!!!

ALOHA SURFSHOP

à Six-four, directement sur la plage et le spot de Brutal, Patrice vous y accueillera avec le sourire et vous trouverez tout le matos dont vous avez besoin pour surfer!

ART EN MER CONCEP STORE

 66 avenue Port Quartier St cyr , les Lecques

Boutique SUPERBE: J’ai craqué sur les magnifique bijoux que fabrique Laurence. Inspirés par la mer ou par les perles de Tahiti, ces bijoux nous donnent l’impression de voyager et d’être dépaysés. La boutique est aussi un surfshop avec combi , fringues rip curl et autres, planches de surf , déco… Bref: à découvrir absolument!!!


Sur la côte ouest:

LE BOOKSTORE BD ET JEUNESSE

2 rue de la poste à Biarritz. Je suis trop fière d’être en vitrine en plein centre de Biarritz, la mecque du Surf! Ma BD est posée juste à côté du superbe roman graphique que j’ai adoré: IN WAVE!


RESTAURANT LE PEAK

Plage de Uhabia, Bidart

Lors de mon séjour sur la côte ouest, j’ai organisé une séance de dédicaces au restaurant le Peak de Bidart. Je remercie Arnaud pour son accueil chaleureux! J’ai eu la chance de pouvoir offrir ma BD à Gibus de Soultrait pour le remercier de son soutien! Il m’a offert les 2 derniers Surfer Journal qui ont étés nos lectures de ce trip!

J’y ai laissé quelques exemplaires à la vente là-bas: Si vous voulez manger un bon hamburger dans un resto au bord de mer dans une ambiance surf et relax, c’est l’occasion!

restaurant le Peak , bidart points de vente Surfeurs ETC

 

Tout sourire avec Gibus!

LIBRAIRIE CHEZ SIMONE

 

 

12 Boulevard Alsace Lorraine, 64100 Bayonne

C’est une nouvelle librairie/galerie généraliste et indépendante qui vient d’ouvrir à Bayonne. Le lieu est top, cela donne envie de traîner dans les rayon et de bouquiner toute une journée!

 

 


ECOLE DE SURF AUTHENTIQUE

Plage des casernes à Seignosse.

Allez voir mon ami Tahaa qui est moniteur de surf dans cette école, je lui ai laissé quelques exemplaires de la BD à la vente! Il a aussi sa propre école de surf en indépendant que je recommande si vous ne voulez pas vous sentir comme à l’usine des cours de surf et avoir des leçons de qualité. Vous pouvez loger chez lui, dans 2 appartements et associer les cours de surf ( Seignosse bourg)

Allez sur son site: Tahaasurfschool

Sourire et progrès assurés!

Ecole de Surf à Seignosse et Hossegor (Landes) - Cours de Surf et Stages de Surf

Avec Tahaa lors de sa visite chez nous!

 

Bonne vacances

Bonne lecture

Bon surf

Anne

Et n’oubliez pas!

  • Qui ne tente rien n’a rien
  • La chance sourit aux audacieux

 

 

 

 

INTERVIEW surfeuse.fr

0
https://www.facebook.com/thierryliebermannphotographie/

BONJOUR à tous!

Pour clôturer la promotion de ma BD: Surfeurs ETC je vous propose de lire deux interviews auxquelles j’ai eu la chance de participer ces derniers jours. Je me suis bien amusée à répondre à ces questions. Ça change des interviews que l’on se fait toute seule dans la voiture ou sur les toilettes.

INTERVIEW d’Anne Quérol ( surfeuse.fr) du journal culturel web: Divertir

Anne Quérol est passionnée de surf. Dans son livre Surfeurs ETC (En toutes conditions) la « surfeuse méditerranéenne », partage ses trips surf, ses coups de coeur et ses réflexions sur le monde du surf.

D’où vient votre passion pour le surf et qu’appréciez-vous dans ce sport ?
Depuis petite j’ai voulu vivre une vie intense, faite d’aventures, de voyages, de fêtes les pieds dans le sable. J’ai toujours aimé passer des heures dans l’eau. L’eau nous permet de vivre en apesanteur et de partir dans un autre monde moins bruyant et qui laisse libre cours à son imagination. Et quand j’ai vu le film Point break comme toute bonne méditerranéenne à la « Brice de Nice », j’ai eu une révélation.
Surfer c’est comme partir à l’aventure. On ne sait jamais ce qui nous attend ! Et cette sensation incroyable de la glisse est impossible à définir : c’est comme si on te diffusait du plaisir dans les veines. Le comparatif à la drogue est volontaire. C’est addictif.
Où aimez-vous surfer et selon vous quel est le meilleur spot du monde ?
Il y a tellement d’endroits incroyables dans ce monde pour surfer que je ne peux pas choisir. J’ai adoré surfer dans les îles perdues de Sumatra dont je tairais le nom, car les vagues étaient magiques. C’était le trésor de la chasse aux trésors! Ce type de sessions est extraordinaire et rare. Au quotidien j’adore surfer à domicile des vagues plus accessibles, moins engageantes physiquement et mentalement.

combinaison rip curl women Gbomb

Avez-vous déjà réalisé des compétitions ?
Non. J’ai commencé le surf très tard (24 ans) et j’étais judoka de mes 8 ans à mes 22 ans. J’ai fait beaucoup de compétition à un bon niveau en judo. Cela m’a forgé mentalement pour affronter des vagues un peu trop grosses pour moi. La chute ne me fait pas peur et je suis stable sur mes appuis.
Pouvez-vous nous présenter votre ouvrage Surfeurs ETC (En toutes conditions) ?
C’est un condensé d’anecdotes surf sous forme d’illustrations d’1 à 2 pages. On suit le quotidien du surfeur à la quête de la vague et les galères que cela entraîne. Ce sont des situations drôles que tous les surfeurs et surfeuses ont déjà vécues ou dans lesquelles ils (elles) pourront se reconnaître. Je parle aussi beaucoup de la copine du surfeur (je suis surfeuse et mon compagnon est surfeur aussi) et des concessions qu’elle doit faire pour accepter la passion obsessionnelle de son compagnon.
Quel genre d’aventure avez-vous vécu dans votre expérience de surfeuse ?
Oh la la ! Tellement d’aventures ! Comme je dis, surfer c’est déjà une aventure et quand tu rajoutes le côté explorateur pour aller chercher LA vague isolée c’est démultiplié. Tu te retrouves en rade dans des villages perdus car le bateau que tu comptais prendre n’existe pas. Tu surfes parfois dans des conditions vraiment trop grosses pour ton niveau et tu flippes pour revenir au bord. Et parfois tu te retrouves à surfer à 2 au coucher de soleil sur une plage de cocotiers dans des vagues parfaites. Le surf, c’est des hauts et des bas ! Des peurs, des frustrations et des moments de joie intense et inégalable ! C’est la vie puissance 10.
Late take off, Tube nias, Indonésie, surfeuse, surf fille blog
J’avais réussi à poser le cerveau au take off mais le Wipe Out a été mémorable!
Quelle est l’ambiance entre surfeurs et le milieu est-il machiste ?
L’ambiance est très particulière entre surfeurs. C’est comme si vous jetez un gâteau au milieu de personnes affamées et qu’il faut se battre pour en obtenir une part. C’est exagéré bien sûr mais parfois (en méditerranée surtout car nous avons des périodes de famine) ça peut devenir tendu. Et quand on est une femme, il faut apprendre à s’imposer et montrer un peu ses muscles (ou ses fesses) pour en avoir un bout. Mais la plupart du temps nous sommes tous réunis entre copains (ines) à l’eau et nous partageons cette même passion, mais nous ne lâchons pas une seconde notre regard de l’horizon de peur de louper une vague.
On me demande souvent comment je vis le matchisme à l’eau. Je réponds : je surfe, un point c’est tout. Je ne réfléchis pas si je suis une femme ou un homme, même si je suis souvent frustrée d’être moins forte physiquement et moins casse-cou que les hommes. Heureusement que je suis une femme pour réussir à supporter cette frustration ! ahah ! Les surfeurs ne sont pas plus matchos que certains autres hommes, au contraire, mais la guerre au pic peut devenir parfois une guerre de testostérone. Et en tant que femme, il faut savoir si tu veux t’y engager ou pas.
Comment seront réalisés les dessins ?
Je réalise les dessins d’abord à la main, de manière spontanée ! La spontanéité de mes croquis est essentielle. C’est comme une inspiration et ma main dessine toute seule. Je n’ai pas de formation en dessin, donc mes dessins ne sont pas parfaits, mais c’est ce qui en font leur originalité. Puis, ma graphiste les détoure, les améliore sans enlever le style, et finalise tout sur Illustrator. Je me suis formée auprès d’elle à ce logiciel et j’ai effectué les dernières modifications et les dernières histoires moi même.
Souhaitez-vous nous parler de la préface de Tom Frager pour Surfeurs ETC (En toutes conditions) ?
C’est une amie qui l’avait rencontré dans son surfcamp du Maroc qui m’a mis en relation avec lui. Elle voulait l’inciter à participer financièrement au projet. Il lui a dit : C’est dommage, j’aurais pu lui écrire la préface ! Il a partagé plusieurs fois mon projet sur sa story. Je l’ai alors contacté sur Instagram pour le remercier et je lui ai demandé s’il était toujours motivé pour m’écrire un texte car heureusement, le processus d’impression n’était pas encore lancé et il me restait une page blanche. Je lui ai envoyé une dizaine de planches de ma BD pour lui montrer de quoi ça parlait et une semaine après, il m’a écrit ce joli texte parfait pour ma préface.
Pourquoi avoir décidé de réaliser un financement participatif ?
J’ai essayé de passer par les maisons d’éditions, mais c’est un milieu très fermé. Le monde de la BD est très stéréotypé. Mon projet ne rentrait pas dans les cases. Et c’est assez jouissif de tout faire soi même : ce projet est exactement comme je le voulais, tous les choix sont miens. Tout sort de mon imagination ! Bien sûr, il n’est pas parfait, mais il est honnête et spontané. Je savais également que j’avais un grand réseaux de surfeurs. J’ai beaucoup voyagé et rencontré beaucoup de surfeurs qui sont devenus des amis ou des connaissances. Je tiens un blog sur ma vie de surfeuse depuis 2 ans. Les surfeurs aiment créer des communautés dans la vie ou sur le net et il est facile d’y rentrer et d’y faire sa promo. Les surfeurs sont en général curieux et ouverts. Il n’y a pas beaucoup de BD de ce genre dans le surf, donc la voie était libre pour que j’ose me lancer toute seule !
Peut-on en savoir plus sur le format et l’impression du livre ?
C’est une BD au format classique : couverture cartonnée et pages A4. Elle contient 44 pages pour 26 histoires de 1 à 2 pages qui sont réparties en 3 thèmes : les galères du surfeur, le surfeur et les femmes, les obsessions du surfeur.
Vous dîtes que l’obsession des surfeurs passionnés c’est la météo dans la quête de la meilleure vague. En ce moment ce serait pas plutôt la réouverture des plages ?
C’est toute une polémique en ce moment. Les gens se fâchent entre amis car leur opinions divergent à ce sujet : certains lancent des pétitions pour la réouverture des plages, d’autres sont plus fatalistes et se disent qu’ils ne sont pas à 3 sessions près. D’autres dénoncent les surfeurs à la police et d’autres prennent le risque de se faire verbaliser et se jouent de la loi. Je n’ai pas d’avis à ce sujet, à part que je ne veux prendre part à aucune polémique. Je ne sais pas quand et si je vais resurfer. Mais j’ai la chance d’avoir ce projet de BD en cours, j’ai ma dose d’adrénaline quotidienne.
S’il y avait un conseil à donner à un débutant qui souhaiter surfer, quel serait-il ?
J’ai commencé de manière autodidacte avec des amis et cela a freiné ma progression et ma compréhension du milieu. Mais je me régalais tellement que je n’ai aucun regret. La manière la plus efficace de débuter est de prendre une semaine de cours de surf, car le moniteur  ne t’apprendra pas seulement à te lever sur la planche mais à analyser les conditions et observer le spot. Il t’apprendra les règles du surf que tout surfeur devrait connaître. Et si tu accroches : il n’y a qu’un conseil : Aller surfer le plus souvent possible !
Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Ce projet est l’aboutissement de toute une vie. J’ai commencé à dessiner ces histoires en même temps que je commençais le surf, il y a plus de 15 ans ! Je suis touche à tout, artistiquement parlant et je n’ai jamais rien approfondi. J’ai 40 ans maintenant et c’est ma crise de la quarantaine : je voulais mener à terme cette aventure et la concrétiser. Je voulais sortir de ma zone de confort et prendre des risques (après tout, c’est ça le surf aussi). Je suis très fière d’avoir osé surtout après avoir vu la réaction positive de tous mes contributeurs ! J’ai osé me lancer financièrement dans le projet, j’ai osé m’engager dans un travail à long terme, j’ai osé me mettre en avant et vendre mon projet. Toutes ces choses qui ne sont pas naturelles en moi. Je les ai gérées comme je gère mes aventures surf :  avec un brin d’adrénaline euphorisante, calme et enthousiasme !

Merci à Anne Quérol d’avoir répondu à notre interview !
Suivez la également sur Facebook.

Pour participer à sa collecte pour la sortie de sa BD Surfeurs ETC ( En Toutes Conditions) cliquez ici:

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/surfeurs-etc-en-toutes-conditions

INTERVIEW d’Anne Quérol ( surfeuse.fr) du journal web: ABLOCK

Un journal sur les femmes et leur rapport au sport 

«  Depuis toute petite, j’ai une pratique du sport très ludique. Aujourd’hui encore j’ai gardé une âme d’enfant et j’en fais pour m’amuser. Justement, ce que j’aime dans mon métier, professeur d’EPS, c’est de voir mes élèves ressortir d’un cours d’EPS avec le sourire. J’aimerais qu’ils se rendent compte que, dans l’effort, dans le jeu, on peut prendre du plaisir et apprendre.

Si je fais du surf, c’est aussi pour l’envie de progresser, je mise donc sur mon mental de compétitrice. Je suis une ancienne judokate, j’ai commencé le surf tardivement, vers l’âge de 25 ans  et je me suis rendu compte que ces deux sports avaient un point commun  : la pugnacité. Sauf qu’ici, ce n’est pas une baston contre quelqu’un d’autre, mais contre les éléments.

« Le cœur est saturé d’émotions au moment de la glisse et le bonheur se diffuse en toi… »

Et puis, il y a le plaisir de la glisse. Un tel bonheur, c’est inexplicable, il n’y a pas d’équivalent.

Tu fais ton take-off* en espérant que  ça va marcher, tu as un moment d’envol, le cœur est saturé d’émotions au moment de la glisse et le bonheur se diffuse en toi…

Dernièrement, j’ai entendu l’actrice Camille Cottin dire à la radio qu’elle s’était mise au surf et qu’elle avait redécouvert son âme d’enfant. Pour moi, c’est ça, le surf, passer des heures à s’amuser dans l’eau comme un gosse.

Et puis, c’est tout un style de vie aussi qui me ressemble  : on part vraiment à l’aventure. Cette aventure, je l’ai croquée en BD. Ça m’a pris deux ans, mais je viens de la finaliser.

J’ai toujours aimé dessiner, écrire. C’est mon amie infographiste qui, après la création de mon blog Surfeuse.fr, m’a encouragée à me lancer dans ce projet et je suis très fière de l’avoir mené à bien.

L’idée ? Comme au stand-up, faire rire avec des histoires toutes simples du monde du surf.

« En voyant tout ce que j’avais osé entreprendre, tout ce à quoi je m’étais confrontée, je me suis dit que j’étais capable d’aller loin ! »

Comme je l’écris dans ma BD : «  Chaque session a une histoire, chaque session est une aventure ». Ce n’est pas aussi simple que mettre des baskets et aller courir. Le surf, c’est se demander : « Où vais-je aller surfer ? Est-ce que les conditions vont être bonnes ? Est-ce que je vais trouver ma place parmi tous ces surfeurs ? » Parce qu’il faut se battre pour avoir une vague !

Grâce au surf, j’ai voyagé partout dans le monde, dans des lieux magnifiques, notamment l’Indonésie. J’allais dans les coins les plus reculés à la recherche des plus belles vagues.

Toutes ces aventures, ça donne vraiment confiance en soi. En voyant tout ce que j’avais osé entreprendre, tout ce à quoi je m’étais confrontée, ça m’a aidé à me dire que j’étais capable d’aller loin !

Enfant, j’ai toujours voulu faire des «  sports de garçons », être aussi forte que les garçons et, plus tard, j’ai eu du mal à accepter ma féminité.

Donc je ne suis pas du tout l’archétype de la surfeuse en bikini, je fais du surf parce que j’en ai envie, que je sois une femme ou un homme, peu importe.

Mais c’est vrai que le milieu du surf peut être difficile pour les femmes, c’est quand même un concours de testostérones. Et puis, je vois bien, par exemple, que mon copain est beaucoup plus résistant, a beaucoup plus de puissance, de musculature. Alors c’est sûr que ça peut parfois être un peu dur de rivaliser.

Mais bon, pour moi, ce n’est pas un problème. J’ai connu les années de judo et de foot avec mon père footballeur, j’ai sauté en parachute et j’ai reçu une éducation qui ne m’a pas formatée dans un soi-disant «  rôle de fille ».

Je me souviens d’une anecdote quand je surfais au Maroc. Un surfeur qui ne me connaissait pas m’avait dit que les vagues n’allaient pas être trop hautes et que j’allais sans doute m’amuser…

Et puis on a surfé ensemble, je surfais mieux que lui… Il m’a regardé avec des yeux différents et a été un peu gêné.

« Ce que j’ai compris grâce au sport, c’est que quand on est bien dans son corps, on est bien dans sa tête, tout est relié. »

J’ai hâte de retourner surfer. Car en période de confinement, j’ai du mal à me motiver à bouger. Et puis, c’est vrai que je n’ai pas trop le temps entre ma BD et mon bébé.

Mais j’essaye de faire un peu de corde à sauter et de courir autour de chez moi. J’ai de la chance, j’habite sur la Côte Bleue dans les Bouches-du-Rhône, on a plein de petits chemins isolés…

J’essaye toujours de trouver un truc un peu rigolo à faire. Par exemple, les balades avec mon fils en poussette sont très énergiques  !

Ce que j’ai compris grâce au sport, c’est que quand on est bien dans son corps, on est bien dans sa tête, tout est relié. Mon message aux femmes qui veulent se mettre au sport est tout simple  : amusez-vous ! »

glen coe écosse


IL RESTE 3 SEMAINES AVANT LA FIN DE MA COLLECTE, JE VOUS REMETS LE LIEN CI DESSOUS

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/surfeurs-etc-en-toutes-conditions

Ensuite, j’envoie tous les dossiers à l’imprimeur!!! Je devrais recevoir les 300 exemplaires et les différentes contre parties ( carnet de session et cartes postales) fin juin.

Il ne me restera plus qu’à vous les envoyer à mon tour!

Pour ceux qui ont choisi la remise en main propre, je vous tiens au courant bientôt pour les rendez-vous sur la plage ou dans les surfshops de la côte bleue. Sinon, n’hésitez pas à m’envoyer un message privé sur fb ou sms quand vous êtes dispo, je me ferai un plaisir de vous offrir le café!

Je vous offre la préface écrite par TOM FRAGER!!!! et la tables des matières!!!

préface surfeurs etc bd humour surf TOM FRAGERbises

à bientôt à l’eau! Pour ma part j’attends un peu de voir comment ça évolue avant de me jeter à l’eau.

Anne

 

 

Surfeurs ETC ( En Toutes Conditions)

2
surf, surfeurs, Conditions, BD

 

 

Comme vous avez du le remarquer, j’ai enfin terminé ma BD humoristique sur les surfeurs qui s’appelle:

Surfeurs ETC ( En Toutes Conditions)

C’est un ensemble de sketchs que mes expériences dans le milieu du surf m’ont inspirées.

Voici la présentation et l’histoire de cette BD en vidéo

Je me moque gentiment des surfeurs et de toutes les galères dans lesquelles la passion du surf peut nous entraîner. Je parle aussi de mon expérience en tant que surfeuse et de copine de surfeur: Quand on vit avec un surfeur, il faut comprendre que les conditions n’attendent pas et que tout peut être remis à plus tard si une houlette éventuelle pointe le bout de son nez.

Je lance une collecte de crowdfunding sur le site kisskissbankbank. Alors si ça vous dit de vous marrer et de découvrir le quotidien des surfeurs, participez (un geste suffit) pour me permettre de les imprimer et de vous les envoyer!

Allez y jeter un œil en cliquant sur le lien ci-dessous:

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/surfeurs-etc-en-toutes-conditions/tabs/description

 


 

 

Pour les lecteurs de mon blog je vous offre en avant première quelques planches de surfeurs ETC ( En Toutes Conditions). Vous les connaissez sans doute déjà mais je ne peux pas spoiler le reste de la BD. Ce sont les versions définitives ( et oui j’ai changé plein de détails)

 

SURFEUR ETC SURFEUR QUETE DE LA VAGUESURFEURS ETC SURFEURS ZEN BD HUMOUR SURF

Pour ma collecte de crowdfunding j’ai aussi crée quelques contreparties associées à ma BD :

  • des cartes postales à dédicacer
  • un carnet de sessions pour immortaliser vos meilleures sessions!

A bientôt dans vos boîtes aux lettres ( livraison début juillet) ou bien j’aurai le plaisir de vous le remettre en mains propre!

Kiss

Anne

PS: au moment où je vous écrit, c’est le cinquième jour de la collecte et j’ai déjà récolté 45% de mon objectif: YEAAHHH!!!!

Pour ceux qui sont à cours d’argent ( période difficile avec la conjoncture actuelle), pouvez vous m’aider en partageant mes publications ou le lien de cet article? Je vous le donne à nouveau:

 

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/surfeurs-etc-en-toutes-conditions/tabs/description

merci, remerciement, crowdfunding bd humour surf